En continuant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies.En savoir plus
Hopitech
2 / 3 / 4 Octobre 2019 - du mercredi 14h au vendredi 14h POITIERS Futuroscope 2019
bandeau

La qualité, un centre de coût ou un centre de profit dans un centre hospitalier ?

Brigitte LOISON pharmacienne-chef au CH de Marne-la-Vallée

Aucun résumé pour le moment.

Le terme qualité a subi, depuis son apparition en 1119, toute une série de changements de sens qui rendent difficile d’en donner une définition univoque et non contradictoire. Le terme vient du latin qualitas qui signifie « manière d’être plus ou moins caractéristique ». En management il est issu du Taylorisme et se rapporte à la meilleure façon de produire (The one best way Taylor) et c’est ainsi qu’il a pris son formidable essor pour cette discipline, pour les entreprises et de plus en plus dans le domaine des services publics, notamment dans les hôpitaux.
Depuis 1980, plusieurs hôpitaux se sont dotés de cellules d’organisations et méthodes. Mais aussi, depuis une vingtaine d’année, le législateur a renforcé la politique de la qualité dans les établissements de la santé. La procédure de certification menée par la haute autorité de santé(HAS) porte une attention particulière au circuit du médicament. C’est le domaine où le plus grand nombre de réserves et de recommandations sont formulées. En effet, tout médicament a des effets bénéfiques, mais aussi des effets indésirables. Ils peuvent provenir du médicament lui-même, de son association avec un autre médicament, de son incompatibilité avec le malade ou d’une erreur de prise. C’est ce qu’on appelle l’iatrogènèse (auparavant nommée iatrogénie) médicamenteuse. On estime que 15 000 à 60 000 personnes hospitalisées sont victimes chaque année d’effets indésirables et graves évitables liés à la prise des médicaments. Le coût direct d’effet indésirable est estimé à 6288 € (cf rapport IGAS 2011).
La démarche qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient est devenue une pratique exigible. Chaque hôpital de France est sensibilisé à la démarche qualité et s’est doté d’une cellule qualité pour mettre en oeuvre la démarche en son sein afin de permettre sa certification. Peut-on trouver dans cette démarche un gain, un profit financier ou alors une perte financière pour l’hôpital ? Enfin, la qualité est-elle un centre de profit ou un centre de coût ? Le centre de coûts est une entité structurelle d’un périmètre analytique qui représente un lieu clairement délimité où des coûts surviennent. Un centre de profit est une unité autonome au sein d’une entreprise dotée d’un compte d’exploitation et qui possède par conséquent son propre chiffre d’affaires et ses propres coûts et dégage des bénéfices ou éventuellement des pertes. Nos réflexions s’appuient sur nos expériences sur la mise en place du circuit des médicaments dans le cadre de l’installation de la pharmacie dans l’hôpital neuf de Marne-la-Vallée en Seine-et- Marne. L’hôpital a été construit en 4 ans (depuis la pose de la première pierre en octobre 2008 à l’admission du premier patient en novembre 2012) sur le site de Jossigny de 11 hectares. Le centre hospitalier dispose de deux bâtiments (le logipôle et le MCO) reliés par une galerie souterraine. Le logipôle abrite la restauration et la pharmacie.

dolor. velit, mattis vel, mattis Phasellus felis pulvinar non id