En continuant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies.En savoir plus
Hopitech
2 / 3 / 4 Octobre 2019 - du mercredi 14h au vendredi 14h POITIERS Futuroscope 2019
bandeau

Le contrôle sanitaire réglementaire des eaux destinées à la consommation humaine, de la ressource en eau au robinet de l'usager

Yannick PAVAGEAU Ingénieur du génie sanitaire et adjoint au chef de bureau de la qualité des eaux à la Direction Générale de la Santé

Aucun résumé pour le moment.

L’eau du robinet est produite à partir d’eau prélevée dans le milieu naturel : nappe souterraine ou ressource superficielle (fleuve, rivière, lac, barrage). Selon la qualité de l’eau prélevée, différentes étapes de traitement peuvent être nécessaires pour rendre l’eau potable et maintenir sa qualité dans les installations de stockage (réservoirs, châteaux d’eau) et dans les réseaux de distribution, jusqu’au robinet du consommateur.

En France, la production et la distribution de l’eau du robinet reposent sur l’exploitation de près de 33 500 captages et 16
300 stations de production d’eau potable. L’eau du robinet est l’aliment le plus contrôlé en France. Elle fait l’objet d’un suivi sanitaire régulier, de façon à en garantir sa qualité pour la population. Ce suivi comprend la surveillance exercée par le responsable de la production et de la distribution d’eau (la commune ou son délégataire de service) et le contrôle sanitaire réglementaire mis en œuvre par les agences régionales de santé (ARS). La qualité de l’eau du robinet est évaluée par rapport à des exigences réglementaires fixées par la Commission européenne, le ministère chargé de la santé et les agences nationales d’expertise, pour une soixantaine de paramètres bactériologiques et physico-chimiques ou familles de paramètres. La fréquence du contrôle sanitaire varie en fonction notamment du nombre de personnes alimentées par le réseau de distribution.

En France, ce programme de contrôle, réalisé au niveau des captages, des stations de traitement et au robinet du consommateur, se traduit, chaque année, par la réalisation de plus de 310 000 prélèvements et le suivi de plus de 12 millions de résultats d’analyse qui témoignent d’un bon niveau de qualité. Ces dernières années, plusieurs actions ont été mises en œuvre par les pouvoirs publics s’agissant des spécificités de la problématique de l’eau à l’intérieur des bâtiments.

felis mi, porta. quis Aliquam Aenean